Notre histoire

L’histoire du site industriel pharmaceutique de Valenciennes Prouvy, commence en 1982. En y regardant de plus près, il s’agit d’un exemple typique de l’évolution de l’industrie pharmaceutique au cours du XXeme siècle. En effet, au fil du temps, se succéderont trois grandes phases distinctes qui présideront à la création et à la destinée de ce site.

  1. L’époque du pionnier.
  2. L’époque du développement,
  3. L’époque des rachats.

 

L’époque du pionnier.

Au début du XXeme siècle, de nombreuses initiatives individuelles voient le jour. De petites structures ont l’occasion de naître et de s’épanouir à côté des laboratoires dits « de spécialités ». Il s’agit d’entreprises pharmaceutiques d’un genre nouveau, celui des fabricants-façonniers. C’est à cette époque, en 1904, que les établissements David-Rabot sont créés à Courbevoie par Constant David. Celui-ci s’était donné pour but de se consacrer exclusivement aux fabrications industrielles de produits pharmaceutiques à l’exclusion de toute exploitation de produits personnels. Sa clientèle fut constituée au début d’un noyau d’amis qui ayant compris l’intérêt de profiter des installations créées par Constant  David était soucieux de ne confier leurs fabrications qu’à un confrère avec lequel les relations permettraient une collaboration technique efficace. De nombreux laboratoires de spécialités, conquis par cette idée, virent augmenter très vite la clientèle. En donnant aux Établissements David Rabot ses lettres de noblesse dans le façonnage. Les années 20 voient le développement du concept. De nouvelles formes galéniques sont produites à Courbevoie : les perles, les capsules, les cachets, les pilules et les granulés. Un laboratoire de contrôle performant voit le jour. La progression de l’entreprise se fait au rythme volontairement assez lent pour produire de façon fiable et durable. L’absence de tous soucis de lancement de produits ou de soutien de marques permet à ses dirigeants de se donner entièrement à l’étude des conditions de fabrication, au perfectionnement des méthodes, à la mise au point des nouveaux procédés, à la coordination des fabrications et aux contrôles de Laboratoire. Après de nouvelles transformations de l’entreprise, les fils de Constant David (Henry et Ludovic David) ayant rejoint l’entreprise, elle devient David-Rabot et Fils en 1928. L’entreprise continue de croître régulièrement. En 1958, Jacques David, petit-fils du fondateur,qui préside alors à la destinée de l’entreprise, fait évoluer la raison sociale qui devient Dacour (Da pour David, Cour pour Courbevoie).

 

L’époque du développement.

La compétence en rhumatologie du Laboratoire s’affirme dans le sillage de celle de son dirigeant. Toujours à la recherche de progrès novateurs et de nouveaux produits Dacour cherche un partenaire disposa de puissants moyens technologiques et financiers, capable de donner un nouvel essor à l’entreprise. Parallèlement, à la même époque , la société Boots Company Ltd prospectait en France pour trouver un Laboratoire pharmaceutique lui permettant de commercialiser les nouvelles spécialités que son département de recherche en rhumatologie avait mis au point : une nouvelle gamme anti inflammatoires non steoridiens. La concrétisation de l’accord entre les deux parties donné naissance en 1979 au Laboratoire Boots-Dacour dont l’objectif principal sera de faire connaître au corps médical français l’Ibuprofene. Toute l’organisation est vouée à la diffusion de médicaments remboursés ou non par la Sécurité Sociale. Des spécialités très connues sont commercialisées en France telles que les pastilles Rennie ou Strepsils. Sous l’effet du développement, l’espace se fait de plus en plus rare à Courbevoie. Il faut songer alors à s’agrandir et se mettre en conformité avec les règles des Bonnes Pratiques de Fabrication. Les aides mises en place pour permettre la reconversion industrielle du Valenciennois durement touché par l’abandon des activités sidérurgiques ont été l’une des raisons expliquant l’implantation du Laboratoire Boots-Dacour à Valenciennes. L’usine construite en un temps record nécessité 40 millions de francs d’investissement. La production débute le 04 janvier 1982 autour de deux grands axes, à savoir la production de formes sèches et liquides (solutions buvables en ampoules) ainsi que la distribution de la quasi totalité des produits commercialisés par le Laboratoire. Le site emploie alors plus de 90 personnes rapidement.

 

L’époque des rachats.

Boots Company, créée en 1949 par John Boots employant plus de 6000 personnes principalement en Angleterre, à Nottingham, avait élargi ses activités dans les années 80 grâce à plusieurs acquisitions dont la chaîne de distribution Ward White en 1989. Affaiblie financièrement, la société décidé de se séparer de sa division pharmaceutique et ce de celle-ci en 1995 au géant allemand de la chimie, BASF.

L’usine de Valenciennes devient alors l’unité de production de la filiale Pharmaceutique de BASF, le Laboratoire Knoll, qui décide de concentrer ses activités sur des sites spécialisés. Knoll France basé à Prouvy, hérite de la fabrication de tous les produits de formes sèches pour l’Europe et le Proche-Orient. La société doit fédéral la production des formes liquides. L’unité de Prouvy devient la seconde du groupe derrière l’usine historique de BASF à Ludwigschafen. Le site progresse  grâce à des investissements importants, estimes à plus de 70 millions de francs. L’effectif est de près de 160 personnes.

Disposant d’un terrain de 7 hectares, une extension est réalisée pour des ateliers de conditionnement et des bureaux.

Le site fabrique plus de 600 références en comparaison des 18 références lors du rachat en 1995. Cette embellie dure jusqu’à 2001. La suite de l’histoire fait la place à de nombreux changements. En effet, BASF décide de se recentrer sur ses activités chimiques et décide de vendre sa divisions pharmaceutique. L’accord est trouvé avec le Laboratoire américain Abbot qui reprend en 2001 toutes les activités pharmaceutiques de BASF dans le monde. Très vite, Abbot décidé de ne pas conserver le site de Valenciennes, le jugeant inadapté compte tenu de sa structure industrielle. Le choix d’Abbot se porte sur le second site français situé à Saint Rémy sur Avre près de Paris.

Le 10 septembre 2002, l’annonce est faite de la fermeture de l’usine de Prouvy, l’ensemble du personnel sera licencié (180 personnes). Rottendorf Pharma, un groupe allemand spécialiste de la sous-traitance, désireux de s’implanter en France entre en contact avec Abbot.

 

Après de longues négociations tant avec Abbot France qu’avec la maison mère située à Chicago, Rottendorf Pharma acquiert le site de Valenciennes. L’activité reprend en avril 2003 avec 50 personnes, bouclant ainsi la boucle avec le pionnier, Constant David, à l’origine du site de Valenciennes.